Aucune propagation de la grippe aviaire H5N1 entre les mammifères trouvée

Aucune propagation de la grippe aviaire H5N1 entre les mammifères trouvée

Emplacements des trois renards et oiseaux sauvages infectés à partir desquels des virus étroitement apparentés ont été isolés lors de l’épizootie HPAI H5N1 de 2021 à 2022 aux Pays-Bas. La carte a été générée à l’aide du progiciel R tmap. Crédit: Spectre microbiologique (2023). DOI : 10.1128/spectre.02867-22

Les mammifères peuvent être infectés par le virus H5N1 de la grippe aviaire hautement pathogène (IAHP) lorsqu’ils se nourrissent d’oiseaux sauvages malades ou morts infectés. Des études de Wageningen Bioveterinary Research (WBVR) montrent qu’il n’y a pas de propagation du virus entre les mammifères. Cependant, une mutation zoonotique a été trouvée. “C’est un signe que le virus s’adapte à un nouvel hôte”, explique Nancy Beerens, responsable du laboratoire national néerlandais de référence sur la grippe aviaire.

À l’hiver 2021-2022, il y a eu un taux de mortalité élevé parmi oiseaux sauvages à cause de la grippe aviaire aux Pays-Bas. Cette saison-là, plusieurs renards, des putois, une loutre et un blaireau ont également été infectés. Les mammifères ont été remarqués pour leur comportement anormal, avec symptômes neurologiques. Les animaux ont été examinés par Wageningen Bioveterinary Research (WBVR) pour une infection par l’IAHP H5N1 virus. Le virus a notamment été détecté dans le cerveau de ces animaux, tandis que des prélèvements de gorge, de nez et de rectum se sont souvent révélés négatifs. Cette étude montre qu’il est important de tester des échantillons de cerveau de mammifères suspectés d’être infectés par l’IAHP.

Pas de propagation de la grippe aviaire entre mammifères

Chez différents animaux, une mutation zoonotique (PB2-E627K) a été détectée lors de l’analyse de virus de mammifères. Cela permet au virus de mieux se multiplier chez les mammifères. La mutation n’a pas été trouvée dans les virus des oiseaux sauvages. Cependant, plusieurs mutations sont nécessaires avant qu’un virus puisse se propager entre mammifères ou à l’homme.

Récemment, une infection HPAI H5N1 a été détectée dans un élevage de visons en Espagne, où il y avait une possible propagation du virus entre les animaux. Les mutations trouvées à la ferme n’ont pas été détectées chez les mammifères sauvages dans les études de WBVR. “L’analyse génétique des virus de mammifères sauvages a montré qu’ils ne sont pas étroitement liés. Il n’y a aucune preuve de propagation du virus entre ces mammifères. Les mammifères se sont infectés indépendamment les uns des autres en mangeant des oiseaux sauvages infectés”, explique la virologue Nancy Beerens.

Vigilance requise

Il est important que les mammifères ayant un comportement anormal soient signalés afin qu’ils puissent faire l’objet d’une enquête la grippe aviaire. À l’heure actuelle, il n’est pas obligatoire en Europe de signaler les mammifères infectés par le virus HPAI H5N1, de sorte que les informations sur le nombre d’infections ne sont pas disponibles de manière centralisée.

“La mise en place de programmes de surveillance efficaces pour les mammifères sauvages peut fournir plus d’informations sur les infections et l’émergence de mutations”, déclare Beerens. “Du point de vue d’une seule santé, en ce qui concerne les risques pour l’homme, il est important de surveiller les virus de mammifères pour l’émergence de mutations, et donc de surveiller de près les infections de mammifères.”

La recherche associée est publiée dans Agents pathogènes et Spectre microbiologique.

Plus d’information:
Sandra Vreman et al, Mutation zoonotique du virus hautement pathogène de la grippe aviaire H5N1 identifiée dans le cerveau de plusieurs espèces de carnivores sauvages, Agents pathogènes (2023). DOI : 10.3390/agents pathogènes12020168

Luca Bordes et al, Les infections par le virus H5N1 de la grippe aviaire hautement pathogène chez les renards roux sauvages (Vulpes vulpes) montrent un neurotropisme et des mutations virales adaptatives, Spectre microbiologique (2023). DOI : 10.1128/spectre.02867-22

Citation: Aucune propagation de la grippe aviaire H5N1 entre les mammifères trouvée (2023, 25 janvier) récupéré le 25 janvier 2023 sur https://phys.org/news/2023-01-h5n1-bird-flu-mammals.html

Ce document est soumis au droit d’auteur. En dehors de toute utilisation loyale à des fins d’étude ou de recherche privée, aucune partie ne peut être reproduite sans l’autorisation écrite. Le contenu est fourni seulement pour information.

Leave a Comment