Aucune réglementation ne peut rendre Internet sûr pour chaque utilisateur – POLITICO

James Snell est conseiller principal au New Lines Institute. Il écrit un livre sur la guerre en Afghanistan.

Vous n’en avez peut-être pas entendu parler, mais Internet est un endroit d’une dangerosité inacceptable. Un endroit plein de terroristes, de fraudes financières, de pédophiles et d’impolitesse.

Ou du moins selon le gouvernement britannique.

Dans le grand débat entre liberté et sécurité, l’État britannique s’est toujours fermement placé dans le camp de la sécurité, à l’abri de tout, à tout prix. Et cette fois, comme c’est si souvent le cas, les regards du gouvernement sont résolument tournés vers Internet – tandis que la censure, comme toujours, est sa solution proposée.

Cette semaine, le projet de loi britannique sur la sécurité en ligne poursuit sa lente progression au parlement et, en tant que projet de loi promettant une censure dramatique, il a rencontré de nombreux obstacles. Pourtant, tout comme un méchant d’horreur, il a été continuellement muté et ressuscité pour se battre un autre jour.

Poussé sans cesse par trois administrations conservatrices, présidées par quatre secrétaires d’Etat à l’intérieur et trois premiers ministres, tout cela découle de la volonté incessante du gouvernement de censurer Internet.

Pour le gouvernement du Royaume-Uni, il ne fait aucun doute que la censure n’est pas la réponse. Et il n’y a pas de problème — qu’il s’agisse des escroqueries sur Internet, du terrorisme, de la radicalisation (quelle qu’en soit la définition), de « l’épidémie de solitude », du suicide des adolescents ou des troubles de l’alimentation — auquel elle ne réponde pas en exigeant un nouveau régime de discipline stricte et régulation.

Les méchants technologiques ont longtemps été la préoccupation de la droite britannique. La censure prend à chaque fois la place de la raison – et l’invention des PC et des smartphones n’a fait que tourner la vis plus loin.

À la fin du siècle dernier, l’avènement de films avec des titres comme “Driller Killer” a conduit à une large panique morale à propos des cassettes VHS et des soi-disant “méchants vidéo”.

Quand j’étais un garçon, les journaux étaient pleins d’histoires de “gifles heureuses” – un engouement où les délinquants adolescents battaient apparemment des passants au hasard tout en le filmant sur leurs Motorola Razrs. Cela a conduit à de nombreux appels de députés conservateurs pour interdire aux jeunes d’avoir des téléphones en premier lieu.

Un gouvernement conservateur précédent a également perdu des années à tenter de restreindre la pornographie légale. Le fait que cela puisse porter atteinte aux libertés individuelles ? Pas important. Que la loi était totalement impossible à appliquer – en particulier à une époque de lois sur la protection des données ? Sans importance. Le plan n’a échoué que parce qu’il n’était pas une priorité dans un parti déjà condamné à un chaos interne permanent.

Et, bien sûr, la censure est à nouveau à l’ordre du jour.

En Écosse, les internautes sont désormais redevables d’une nouvelle loi contre les crimes de haine, qui pourrait les envoyer en prison pour “attiser la haine” | Mandel Ngan/AFP via Getty Images

Les conservateurs mènent toujours une bataille longue et perdue d’avance contre la décentralisation et l’anonymat en ligne – le fondement de sites philanthropiques comme Wikipédia. Et ils en combattent également un autre contre les applications de messagerie cryptées de base comme WhatsApp, exigeant – encore une fois sans succès – que le service et d’autres comme lui affaiblissent le cryptage ou insèrent “portes dérobées” pour permettre l’accès aux autorités.

Naturellement, la Grande-Bretagne n’est pas la seule à exiger de telles exclusions – et ses législateurs ne sont pas uniquement luddites. Le Sénat des États-Unis et le Parlement européen ont fourni des exemples similaires d’une vaste ignorance technologique alliée au zèle d’un soi-disant censeur. Aucune de ces pressions en faveur de la censure et de la surveillance, dans aucun pays, ne comprend que toute exception invaliderait la justification de l’utilisation de ces services en premier lieu.

Toute application qui céderait à ces exigences serait abandonnée et d’autres, plus secrètes, voleraient des parts de marché du jour au lendemain. Tout comme leurs homologues américains et européens, les conservateurs britanniques n’ont jamais pleinement compris Internet ou cet aspect des marchés.

Fait intéressant, cependant, la demande des censeurs va au-delà du Parti conservateur en Grande-Bretagne et est de plus en plus répandue au Parlement. Le Parti travailliste de l’opposition a même exigé une répression des réseaux privés virtuels (VPN) en décembre – une proposition profondément peu sérieuse, qui serait profondément chaotique même si elle tentait de la mettre en œuvre.

Une grande partie du travail à distance n’est possible que via les VPN, et ceux qui sont soucieux de la sécurité les utilisent habituellement pour se protéger des dommages en ligne que le gouvernement tente de réglementer.

Pendant ce temps, de nombreux députés veulent également qu’il soit illégal de leur envoyer des messages désagréables en ligne. Lorsque mon ancien député, David Amess, a été assassiné en 2021 – avec un couteau, pas un tweet – le député Mark François a profité du débat parlementaire fébrile pour appeler à la « loi de David », qui punirait certains types de comportement en ligne, le rendant impossible de poster anonymement – quelque chose qui prouverait une portée excessive étonnante du gouvernement.

Comparées à d’autres démocraties, les lois britanniques sont déjà particulièrement censurées. Des personnes sont régulièrement condamnées à des amendes ou envoyées en prison pour des textes risqués et des tweets épicés en vertu de la loi sur les communications et de la loi sur l’ordre public. Et, s’ils sortent, même les messages envoyés à l’aide du cryptage peuvent envoyer des individus en prison pour avoir causé une “offense grave”.

En Écosse, par exemple, les internautes sont désormais redevables d’une nouvelle loi sur les crimes de haine, qui pourrait les envoyer en prison pour “attiser la haine” – un terme sans définition adéquate qui pourrait s’avérer extrêmement vaste entre les mains de procureurs zélés.

Mais au-delà de l’emprisonnement d’individus pour des communications hors couleur, ce que le gouvernement britannique souhaite fondamentalement, c’est la capacité de censurer les plateformes en ligne, tout en critiquant simultanément les régimes autoritaires pour faire de même. Un individu peut déjà être emprisonné pour avoir exprimé de mauvaises pensées, mais le gouvernement – avec une grande partie de l’opposition de son côté – veut maintenant lui refuser la capacité et l’espace pour le faire en premier lieu.

C’est l’hypothèse de base du projet de loi proposé. Que de la part des utilisateurs et de l’État, Internet doit être sécurisé plutôt que compris et abordé avec une prudence mesurée.

Mais la vie elle-même est dangereuse ; les risques ne peuvent être évités. Et aucune réglementation ne peut rendre Internet sûr pour chaque utilisateur, ni protéger chaque utilisateur d’être offensé.

Dans d’autres domaines de la vie, on nous fait assumer la responsabilité des conséquences de nos actes ; on attend des parents qu’ils soient responsables de leurs enfants. Mais à la seconde où Internet devient trop grand pour être contrôlé directement, l’État et le Parti conservateur s’emballent.

Les politiciens croient que le public veut la censure – dur et rapide et dès que possible. Mais même s’ils ont peut-être raison, les conséquences d’un vaste excès d’État ne sont jamais jolies. Et nous les verrons sans doute bien assez tôt.

Leave a Comment