“Break Point” met en lumière les nobles perdants du tennis

Point de rupture construit son premier épisode autour de Nick Kyrgios, le pro du tennis australien électrisant avec un don pour l’auto-combustion.
Photo : Avec l’aimable autorisation de Netflix

La gloire est remarquablement rare dans Point de ruptureles nouvelles docu-séries Netflix sur le monde raréfié du tennis professionnel du Conduire pour survivre équipe. Dans un sens, c’est juste approprié. Le tennis professionnel est un sport où la majorité des participants ont du mal à rester dans le jeu financièrement ; une tête parlante nous dit qu’un prix de premier tour de 100 000 $ peut rapporter toute la saison d’un joueur. Rares sont ceux qui sont capables de mener une longue carrière, et encore moins de goûter à la victoire lors des quatre premiers tournois connus collectivement sous le nom de Grand Chelem. Il y a une morosité distincte dans le sport, comme le montre Point de rupturecelui qui sert de contraste rafraîchissant à le drame de haut vol du garçon riche de Conduire pour survivre.

Netflix abandonné Point de ruptureLes cinq premiers épisodes de, couvrant la première moitié de la saison ATP 2022, à la fin de la semaine dernière. (Les épisodes restants arriveront en été, un choix qui ralentit l’élan et ne Point de rupture un vrai mauvais service.) Tout comme autres docu-séries sportivescomprenant Conduire pour survivre et Tout ou rienqui servent essentiellement de récapitulatifs de saison, Point de ruptureLe principal défi de est de fournir un contenu suffisamment convaincant pour résister à la portée facile de l’histoire récente : les fans de tennis qui assistent à l’émission connaissent déjà les résultats des matchs, et les téléspectateurs inconnus ne sont qu’à quelques recherches sur Google.

La réponse de la série consiste à se concentrer étroitement sur des histoires individuelles – et, plus précisément, à embrasser pleinement le fait tragique mais émotionnellement riche que la plupart de ses personnages principaux finissent par échouer. Chaque épisode attire son attention sur un ou deux concurrents prometteurs sur le point de faire passer leur carrière au niveau supérieur. Alors que nous les suivons à travers une compétition, on nous dit, constamment et avec insistance, les détails de leurs pedigrees, de leurs vies, de leur potentiel. Les attentes gonflent et gonflent et gonflent, seulement pour que nous regardions le joueur claquer face contre un mur. L’effet qui en résulte peut être répétitif, mais encore une fois, telle est la nature du sport.

Dans le jeu des hommes, ce mur prend généralement la forme d’un demi-dieu espagnol : Rafael Nadal, le grand gagnant du Grand Chelem à 22 reprises, dont les avant-bras gonflés de façon caricaturale sont une légende. (Bien qu’il ait été avoir l’air mortel ces derniers tempss’écraser au début de l’Open d’Australie de cette année.) Trois des cinq joueurs masculins présentés dans la première moitié de la série – Matteo Berrettini, Félix Auger-Aliassime et Casper Ruud – ont tous des parcours qui se terminent par une défaite aux mains de Nadal. C’est rude, mais ce qui donne à ces histoires un frisson de mythologie, c’est la façon dont les hommes nous sont présentés comme la génération en attente après Nadal, Novak Djokovic (un autre mur, quand il n’est pas expulsé pour avoir refusé la vaccination COVID), et Roger Federer, qui a pris sa retraite l’année dernière. Leur heure viendra-t-elle un jour ? Peut-être peut-être pas.

Pour les femmes, la défaite se profile plus dynamiquement. Leur jeu est un peu plus ouvert depuis quelque temps déjà, bien avant même la fin officielle de la carrière historique de Serena Williams. (Au cours des quatre dernières années, les titres du Grand Chelem ont traversé neuf femmes ; au cours de la même période, seuls trois hommes autres que Nadal et Djokovic ont remporté des titres du Grand Chelem, à raison d’un seul chacun.) ce qui, bien sûr, ne fait que l’incapacité de le faire pour les joueurs chroniqués dans Point de rupture – notamment, Maria Sakkari, Ajla Tomljanovic et Paula Badosa – toujours plus tragique.

Même les succès qui sont documentées à l’écran ont tendance à être un peu douloureuses. Il est logique que Point de rupture construirait un épisode entier autour de Nick Kyrgios, le pro australien électrisant avec un don pour l’auto-combustion. Brillant mais totalement volatil, Kyrgios se rapproche d’un parfait Conduire pour survivre–style docu-figure que vous allez obtenir. Le premier épisode arrive rapidement à son défaite au deuxième tour contre le Russe Daniil Medvedev à l’Open d’Australie avant de suivre Kyrgios alors qu’il s’associe à un ami d’enfance et mène finalement le tournoi de double à la victoire. Maintenant, le jeu des doubles a tendance à échapper au genre de respect accordé aux simples (injustement) ; il obtient moins de couverture télévisée, et le buzz autour des vainqueurs du Grand Chelem en double a tendance à être au mieux étouffé. A son crédit, Point de rupture traite la double victoire de Kyrgios comme un triomphe entraînant, mais dans le contexte de son arc de carrière solo plus large, il est difficile de ne pas ressentir cette victoire comme un peu plus qu’une consolation. De même, le quatrième épisode culmine avec la victoire d’Ons Jabeur lors d’un autre tournoi précurseur, l’Open de Madrid. Jabeur est l’une des histoires les plus fascinantes du tennis : elle est la joueuse arabe et africaine la mieux classée du jeu professionnel, et venant de Tunisie, elle fait tout cela avec beaucoup moins de ressources que ses pairs de pays dotés de systèmes de développement du tennis plus établis. Gagner l’Open de Madrid a été important pour Jabeur, mais encore une fois, la plupart des spectateurs peuvent facilement apprendre ce qu’il advient du reste de sa saison : deux apparitions en finale du Grand Chelem, deux défaites déchirantes.

On pourrait se demander pourquoi Point de rupture ne passe pas beaucoup de temps sur les grands gagnants. La réponse est presque certainement banale : il y a peu d’incitations, à ce stade en tout cas, pour que les plus grandes stars se soumettent à l’envahissement de l’expérience des docuseries. Un manque similaire était présent dans les premières saisons de Conduire pour survivrequi étaient notamment dépourvus du vainqueur éternel Lewis Hamilton. Il y a aussi le fait qu’une toute autre moitié de saison attend encore; nous pourrions encore jeter un œil au jeune phénomène Carlos Alcaraz.

Pourtant, il y a quelque chose de perçant et de vrai dans la sombre ignorance affichée. “Nous apprenons tous à perdre”, déclare Sakkari, par excellence l’un de ces joueurs qui est toujours au bord de la délivrance. « À moins que vous ne soyez Roger, Rafa ou Novak, c’est une autre histoire. Nous autres, nous allons perdre plus que nous ne gagnerons. Les histoires de sport ont longtemps eu tendance à se concentrer sur les variations des grands : grands gagnants, grands perdants, grandes rivalités, grands scandales, grandes tragédies. Mais qu’en est-il de l’expérience plus commune mais non moins majestueuse d’être simplement dans la lutte ? Où Conduire pour survivre a souligné que l’humanité, peut-être contre-intuitivement, en illustrant comment le monde de la Formule 1 est juste propulsé par des divas désordonnées, Point de rupture fait de même en s’engageant dans la douleur bourdonnante du jeu. Il y a presque une qualité zen dans ses portraits d’échec : le tennis comme un travail divin. La plupart de ceux qui jouent échoueront, mais il y a de la beauté là-dedans. Gloire aux perdants.

Leave a Comment