EXCLUSIF-Le marché vietnamien risque de manquer l’échéance de 2025 pour passer au statut émergent – sources

Par Francesco Guarascio et Phuong Nguyen

HANOI, 18 janvier (Reuters)Le Vietnam risque de manquer l’échéance auto-établie de 2025 pour achever les réformes qui lui permettraient de faire passer son marché boursier au statut d’économie émergente et d’attirer des milliards de dollars d’investissements, ont déclaré trois responsables à Reuters.

Les retards ont été causés par des luttes intestines entre les institutions de l’État au sujet de réformes clés, notamment sur les colonies et la propriété étrangère des entreprises, ont déclaré les responsables, car la refonte augmenterait les tâches de surveillance dans un pays généralement peu enclin au risque.

La bourse principale, la Bourse de Ho Chi Minh Ville .VNIest la plus petite des principales économies d’Asie du Sud-Est, avec une capitalisation boursière d’environ 180 milliards de dollars, soit moins de la moitié de la Malaisie. Il a été l’un des moins performants au monde l’année dernière, avec une baisse de plus de 30 % causée en grande partie par les turbulences du secteur immobilier.

Bien qu’il soit un ouvert économie qui repose sur l’investissement industriel offshore et dont les exportations totales sont autant que son produit intérieur brut, le Vietnam a protégé son marché boursier en limitant l’accès des investisseurs étrangers.

En conséquence, les meilleurs gestionnaires d’indices boursiers classent le Vietnam comme un marché frontière, aux côtés d’économies beaucoup moins développées comme le Bénin ou le Burkina Faso.

En juillet, le gouvernement s’est engagé à viser une mise à niveau vers le statut de marché émergent dans au moins un indice majeur d’ici 2025.

Mais les luttes intestines retardent les réformes du marché indispensables, ont déclaré trois responsables au courant des discussions. Ils ont tous refusé d’être nommés parce que les pourparlers sont internes.

Une source directement impliquée dans les discussions et une autre du gouvernement vietnamien ont déclaré qu’il pourrait y avoir au moins un an de retard à moins que des progrès significatifs ne soient réalisés sous peu.

Une troisième source a déclaré que la mise à niveau pourrait être reportée à la fin de cette décennie.

Le ministère des Finances n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Les mises à niveau pourraient faire grimper les cours des actions jusqu’à 3 %, selon les chercheurs Burcu Hacibedel et Jos van Bommel, qui ont évalué l’impact des inclusions dans les indices dans 24 pays. Pour le Vietnam, cela pourrait signifier des entrées de trésorerie d’une valeur d’environ 5 milliards de dollars.

D’autres estimations internes, que l’une des sources a partagées avec Reuters, ont également indiqué un gain initial compris entre 5 et 8 milliards de dollars, même si seulement quelques actions étaient éligibles à l’inclusion, grâce aux flux de fonds passifs.

Trinh Nguyen de Natixis, une banque d’investissement, a déclaré que la réglementation du marché vietnamien freinait la mise à niveau, limitant l’accès à davantage de liquidités.

Des liquidités supplémentaires sont considérées comme cruciales pour les banques vietnamiennes, qui représentent environ un tiers de la capitalisation boursière, afin d’augmenter leurs coussins de fonds propres relativement faibles, renforçant ainsi la stabilité financière.

PRÉFINANCEMENT ET PLAFOND DE LA PROPRIÉTÉ ÉTRANGÈRE

L’inclusion dans tout indice majeur des marchés émergents d’ici 2025 nécessiterait une annonce un an plus tôt, ne laissant qu’environ 11 mois aux autorités pour adopter et mettre en œuvre des réformes complexes du marché, a déclaré l’une des sources.

Le gestionnaire d’indices FTSE Russell a ajouté le Vietnam en 2018 à sa liste de surveillance des économies frontalières qui pourraient être améliorées, mais “les progrès ont été plus lents que prévu”, a-t-il déclaré dans sa dernière mise à jour en septembre sur les reclassements d’actions.

Le fournisseur d’indices MSCI a publié en juin une longue liste de réformes que le Vietnam devait appliquer avant qu’une mise à niveau puisse être envisagée.

MSCI et FTSE ont refusé de commenter.

Le FTSE et le MSCI ont tous deux déclaré publiquement que l’exigence de préfinancement du Vietnam et les limites strictes sur la propriété étrangère d’actions sont parmi les principaux obstacles à une mise à niveau du statut de marché émergent.

Deux des sources impliquées dans les pourparlers pour résoudre ces problèmes ont déclaré que l’exigence de préfinancement était considérée comme le principal problème, en particulier par MSCI.

Les investisseurs règlent généralement leurs transactions deux jours après une transaction sur des marchés ouverts, mais au Vietnam, ils doivent s’assurer de la disponibilité des fonds avant l’exécution de la transaction, ce qui ajoute un coût important pour les commerçants qui exécutent plusieurs opérations quotidiennes.

Une solution possible impliquant la création d’une chambre de compensation est entravée par la banque centrale du Vietnam, qui verrait ses responsabilités de surveillance augmenter à la suite de la réforme, ont indiqué des sources.

La banque centrale n’a pas répondu à une demande de commentaire.

L’autre obstacle majeur est la limite stricte imposée par le Vietnam à la propriété étrangère, qui pour les banques est aussi basse que 30 % et a déjà été atteinte pour de nombreux grands prêteurs.

Les autorités discutaient de plusieurs options pour relever le plafond ou le contourner efficacement, mais aucune décision ne semblait imminente, ont indiqué des sources.

Une possibilité, selon deux sources impliquées dans les pourparlers, était de permettre aux étrangers d’acheter des actions sans droit de vote, sans modifier le plafond existant.

Une autre solution, pour laquelle les investisseurs étrangers font pression, consiste à augmenter progressivement la limite initialement à 35%, mais des sources ont déclaré que la banque centrale aurait besoin de mois pour faire approuver ce changement par le parlement.

(Reportage par Francesco Guarascio et Phuong Nguyen; Montage par Vidya Ranganathan et Nick Macfie)

((Francesco.Guarascio@thomsonreuters.com;@fraguarascio))

Les vues et opinions exprimées ici sont les vues et opinions de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement celles de Nasdaq, Inc.

Leave a Comment