La pression artérielle est très susceptible de provoquer un trait de personnalité névrotique

Folle Vieille Femme Névrosée

Les traits de personnalité névrotiques font référence à un schéma d’instabilité émotionnelle, d’anxiété et de doute de soi. Les personnes ayant des niveaux élevés de traits névrotiques ont tendance à éprouver des émotions négatives telles que la peur, la culpabilité et la honte, et peuvent être plus sujettes à l’anxiété et aux troubles de l’humeur. Ils peuvent également avoir des difficultés à faire face au stress et à l’incertitude, et peuvent adopter des comportements inadaptés tels que l’évitement ou la rumination. Bien que les traits névrotiques fassent partie de l’expérience humaine, des niveaux élevés de traits névrotiques peuvent avoir un impact négatif sur la qualité de vie et le fonctionnement d’un individu.

La gestion peut aider à réduire le névrosisme, l’anxiété et le risque de maladie cardiovasculaire.

Une nouvelle étude publiée dans la revue en libre accès Psychiatrie générale ont constaté qu’une pression artérielle diastolique élevée, le nombre le plus bas dans une lecture de tension artérielle, est très susceptible de provoquer un trait de personnalité névrotique.

Les chercheurs suggèrent également que la gestion de la pression artérielle diastolique peut aider à réduire les comportements névrotiques, l’anxiété et le risque de maladies cardiaques et circulatoires.

L’hypertension artérielle est un risque majeur de maladie cardiovasculaire et on pense qu’elle est associée à des facteurs psychologiques, tels que l’anxiété, la dépression et le névrosisme, un trait de personnalité caractérisé par une sensibilité aux émotions négatives, notamment l’anxiété et la dépression.

Mais qui cause ce qui n’est pas tout à fait clair.

Pour tenter de le découvrir, les chercheurs ont utilisé une technique appelée randomisation mendélienne. Cela utilise des variantes génétiques comme proxy pour un facteur de risque particulier – dans ce cas, la pression artérielle – pour obtenir des preuves génétiques à l’appui d’une relation causale, réduisant ainsi les biais inhérents aux études observationnelles.

Entre 30% et 60% de la pression artérielle est due à des facteurs génétiques, et plus de 1000 polymorphismes génétiques de nucléotides simples, ou SNP en abrégé, y sont associés. Les SNP aident à prédire la réponse d’une personne à certains médicaments, sa susceptibilité aux facteurs environnementaux et son risque de développer des maladies.

Les chercheurs se sont appuyés sur 8 ensembles de données d’étude à grande échelle contenant le génome entier

ADN
L’ADN, ou acide désoxyribonucléique, est une molécule composée de deux longs brins de nucléotides qui s’enroulent l’un autour de l’autre pour former une double hélice. C’est le matériel héréditaire chez les humains et presque tous les autres organismes qui porte des instructions génétiques pour le développement, le fonctionnement, la croissance et la reproduction. Presque toutes les cellules du corps d’une personne ont le même ADN. La plupart de l’ADN se trouve dans le noyau cellulaire (où il est appelé ADN nucléaire), mais une petite quantité d’ADN peut également être trouvée dans les mitochondries (où il est appelé ADN mitochondrial ou ADNmt).

” data-gt-translate-attributes=”[{” attribute=””>DNA extracted from blood samples from people of predominantly European ancestry (genome-wide association studies).

They applied Mendelian randomization to the 4 traits of blood pressure—systolic blood pressure (736,650 samples), diastolic blood pressure (736,650), pulse pressure (systolic minus diastolic blood pressure; 736,650), and high blood pressure (above 140/90 mm Hg; 463,010) with 4 psychological states—anxiety (463,010 samples), depressive symptoms (180,866), neuroticism (170,911) and subjective wellbeing (298,420).

The analysis revealed that high blood pressure and diastolic blood pressure had significant causal effects on neuroticism, but not on anxiety, depressive symptoms, or subjective well-being.

But after adjusting for multiple tests, only diastolic blood pressure was significantly associated with neuroticism (over 90%), based on 1074 SNPs.

The researchers acknowledge certain limitations to their findings. For example, it wasn’t possible to completely exclude pleiotropy–where one gene can affect several traits. And the findings may not be more widely applicable beyond people of European ancestry.

But blood pressure links the brain and the heart, and so may promote the development of personality traits, they explain.

“Individuals with neuroticism can be sensitive to the criticism of others, are often self-critical, and easily develop anxiety, anger, worry, hostility, self-consciousness, and depression.

“Neuroticism is viewed as a key causative factor for anxiety and mood disorders. Individuals with neuroticism more frequently experience high mental stress, which can lead to elevated [blood pressure] et les maladies cardiovasculaires », écrivent-ils.

Et ils suggèrent : « Une surveillance et un contrôle appropriés de la pression artérielle peuvent être bénéfiques pour la réduction du névrosisme, des troubles de l’humeur induisant le névrosisme et des maladies cardiovasculaires.

Référence : « Enquête sur les relations causales génétiques entre la pression artérielle et l’anxiété, les symptômes dépressifs, le névrosisme et le bien-être subjectif » par Lei Cai, Yonglin Liu et Lin He, 21 novembre 2022, Psychiatrie générale.
DOI : 10.1136/gpsych-2022-100877

L’étude a été financée par la Natural Science Foundation de Shanghai.

Leave a Comment