L’horreur à microbudget ‘Skinamarink’ obtient une poussée théâtrale – Date limite

Shudder et IFC Midnight lancent le microbudget Marque de peau sur un pas si micro 629 écrans, donnant à la photo d’horreur virale une impulsion majeure après une première bien accueillie au Fantasia-fest qui n’a cessé de faire boule de neige avec de bonnes critiques et l’amour des médias sociaux.

“J’étais sur la lune. Pour un cinéaste d’horreur au Canada, [Fantasia] c’est comme avoir une projection à Cannes », déclare le cinéaste débutant Kyle Edward Ball à propos de la préparation de l’ouverture de la spécialité animée de ce week-end. Il a tourné le long métrage à 15 000 $ chez ses parents à Edmonton, au Canada.

Dans ce document, deux enfants se réveillent au milieu de la nuit pour découvrir que leur père a disparu et que toutes les fenêtres et portes de leur maison ont disparu. « J’avais fait un cauchemar quand j’étais petite. J’étais dans la maison de mes parents, mes parents avaient disparu et il y avait un monstre. Et beaucoup de gens ont partagé exactement le même rêve », a déclaré Ball à Deadline. Il devrait savoir. Après une école de cinéma et un passage dans la vente de matériel vidéo, il a lancé une chaîne YouTube appelée Bitesized Nightmares où les utilisateurs décrivaient leurs frayeurs nocturnes et il les recréait.

L’idée de Marque de peau « me va comme un gant », dit-il. “Je viens de commencer à écrire.”

C’est volontairement sombre, low-fi, granuleux. Ce n’est pas un film traditionnel de séquences de pieds, mais il n’est pas surprenant que Ball appelle Le projet Blair Witch “un de mes films de confort.”

“Je dis toujours que l’horreur est le plus intéressant, parce que l’horreur doit continuer à se réinventer d’une manière que d’autres genres n’ont pas nécessairement à faire. Parce qu’il mange ses petits », dit-il. Chaque bonne idée est copiée, “et les gens disent qu’ils veulent voir quelque chose de nouveau.”

Autres ouvertures notables : Super présente la candidature française présélectionnée aux Oscars Saint Omer d’Alice Diop sur 245 copies. Le film a été présenté en première mondiale au Festival du film de Venise, remportant le Lion d’argent du grand prix du jury et le prix Luigi De Laurentiis Lion of the Future du meilleur premier long métrage. Examen de la date limite ici. Inspiré d’une histoire vraie, Saint Omer est en partie une version contemporaine du mythe de Médée puisqu’il suit la romancière Rama (Kayije Kagame) assistant au procès de Laurence Coly (Guslagie Malanga), une jeune femme accusée d’avoir tué sa fille de 15 mois sur une plage du nord de la France. Valérie Dréville et Aurélia Petit jouent également dans le deuxième film de Diop après le documentaire Nous (Nous)qui a remporté le prix Encounters du Festival du film de Berlin en 2021. Saint Omer également projeté au TIFF, NYFF et London BFI. Diop a écrit le scénario avec Amrita David et la romancière Marie NDiaye.

Cinedigm, avec Circle Collective, présente la comédie surnaturelle de Pete Ohs Jethica à LA au Lumiere Music Hall avant de s’étendre à certains cinémas à l’échelle nationale. Première sur le site de streaming relancé de Cinedigm, Fandor, le 14 février. Le film a été présenté en première au SXSW l’année dernière, Deadline review ici. Se cachant au Nouveau-Mexique après un accident anormal, Elena (Callie Hernandez) rencontre Jessica (Ashley Denise Robinson), une vieille amie du lycée. Lorsque le harceleur de Jessica (Will Madden) se présente soudainement à leur porte, ils doivent demander de l’aide d’outre-tombe pour se débarrasser de lui, pour de bon.

Film Movement présente Histoire d’échecs sur deux écrans NY / LA (Quad, Laemmle Monica), s’étendant à environ 20 marchés la semaine prochaine. Réalisé par Philipp Stölzl, avec Albrecht Schuch, Oliver Masucci, Rolf Lassgård, Birgit Minichmayr. Dans l’Allemagne nazie de 1938, le notaire Josef Bartok survit à l’isolement cellulaire en s’évadant dans le monde des échecs à l’aide d’un livre de matchs célèbres. Adapté du dernier roman de Stefan Zweig.

Third Day Productions présente une aventure d’horreur de science-fiction La conspiration du diable sur 925 écrans. Réalisé par Nathan Frankowski, écrit par Ed Alan, avec Alice Orr-Ewing, Eveline Hall, Joe Doyle, Joe Anderson, Peter Mensah, Brian Caspe, James Faulkner. Lorsque la percée d’une puissante société de biotechnologie lui a permis de cloner les personnes les plus influentes de l’histoire à partir de quelques fragments d’ADN, la cabale sataniste derrière l’entreprise vole le linceul du Christ pour créer l’offrande ultime au diable. L’archange Michel vient sur terre pour sauver la situation. Le film a fait l’objet d’une bande-annonce importante avec Nuit violente en décembre et début janvier, ainsi qu’un placement important avec Le menu et M3GAN.

VMI Worldwide présente un document Mon père Mohamed Ali en édition limitée. Le doc raconte l’histoire du champion de boxe à travers les yeux de son fils, Muhammad Ali Jr., qui lutte contre l’intimidation, l’abandon, la dépendance et le chagrin pour finalement trouver la paix. Réalisé par Chad Verdi et Tom DeNucci.

Decal présente un thriller d’horreur L’offrande sur 20 écrans et numérique/VOD. Réalisé par Oliver Park, écrit par Hank Hoffman. Avec Nick Blood, Emily Wiseman, Allan Corduner, Paul Kaye. À la suite de la disparition d’une jeune fille juive, le fils d’un entrepreneur de pompes funèbres hassidique rentre chez lui avec sa femme enceinte dans l’espoir de se réconcilier avec son père. Mais juste en dessous d’eux, dans la morgue familiale, se cache un mal ancien avec des plans sinistres pour l’enfant à naître.

Samuel Goldwyn Film présente le film de Louis-Julien Petit Brigade de cuisine dans dix salles et numérique/VOD. Avec Audrey Lamy, François Cluzet, Chantal Neuwirth, Fatoumata Kaba, Amadou Bah, Boubacar Balde, Mamadou Koita, Yannick Kalombo. Cathy, sous-chef de 40 ans, veut ouvrir son propre restaurant mais, en difficulté financière, elle accepte à contrecœur un emploi à la cafétéria d’un foyer pour jeunes migrants.

Shout Studios présente un drame environnemental En terre sacrée de Josh et Rebecca Tickell dans 15 salles et sur demande. Il s’agit du premier long métrage narratif à décrire les événements des manifestations du Dakota Access Pipeline en 2016. Le casting comprend David Arquette, William Mapother, Amy Smart, Irene Bedard, Kerry Knuppe, Frances Fisher, Mariel Hemingway, David Midthunder et Che Jim. Basé sur les événements entourant la construction du pipeline, qui traverse la réserve indienne de Standing Rock. Daniel (Mapother), journaliste et vétéran de l’armée, et Elliot (Arquette), dirigeant d’une compagnie pétrolière, se retrouvent face à face dans l’une des confrontations les plus houleuses avec les tribus amérindiennes de l’histoire moderne des États-Unis.

Notant : l’Utopie Sainte Araignée s’étend à 100 écrans au cours de la semaine 12 avec le soutien d’AMC et de Regal.

Leave a Comment