L’impact de la technologie sur l’inclusion financière n’est pas ce que vous pensez

Depuis la première itération du Recherche globale enquête en 2011, la part des adultes dans les économies en développement ayant un compte financier a ressuscité à 71 %, soit une augmentation de plus de 50 points de pourcentage. Bien que cette croissance mérite d’être célébrée, les chiffres totaux cachent des différences importantes dans la manière et la raison pour lesquelles les adultes d’aujourd’hui dans les économies en développement accèdent aux services financiers et les utilisent.

De 2011 à 2017, les efforts d’inclusion financière ont été motivés par «l’échelle», alors que les gouvernements des économies à forte population comme l’Inde et la Chine ont adopté des politiques spécifiquement pour accroître l’accès aux comptes. Entre 2017 et 2021, cependant, les tendances mondiales se sont déplacées vers une « portée » plus large, de sorte que 34 économies en développement de différentes tailles ont augmenté leur part d’adultes ayant un compte financier de plus de 10 points de pourcentage. L’extension de l’échelle et de la portée de l’inclusion financière a été rendue possible par la technologie numérique orientée client, mais le type de technologie qui a un impact et la manière dont elle produit des résultats ne correspondent peut-être pas à ce que vous pensez.

Beaucoup d’attention et d’enthousiasme se sont concentrés sur les services exclusivement numériques offerts par des entités financières non bancaires telles que les fournisseurs d’argent mobile ou d’autres entreprises de technologie financière (fintechs). Argent mobile est un service financier proposé par une entreprise de télécommunications ou une fintech qui s’associe à des opérateurs de réseaux mobiles, indépendants du réseau bancaire traditionnel (c’est différent des services bancaires traditionnels accessibles via un téléphone mobile). Les services d’argent mobile sont généralement améliorés par des agents mobiles locaux, où les clients peuvent facilement déposer même de petites sommes d’argent pour effectuer des paiements, payer des factures, envoyer des fonds ou stocker de l’argent à l’extérieur de leur domicile. Ces acteurs jouent un rôle central dans les économies de l’Afrique subsaharienne, ainsi que dans des endroits comme le Bangladesh et le Paraguay. Pourtant, contrairement à l’attention qu’ils suscitent, ils ne sont pas la seule source de croissance de l’inclusion numérique. Ils ne sont même pas la plus grande source.

Le Global Findex saisit la perspective du côté de la demande sur la numérisation des services financiers de deux manières. Tout d’abord, nous interrogeons les adultes sur les comptes que les gens ont (qu’ils soient auprès d’une institution financière traditionnelle comme une banque, ou, comme nous le demandons depuis 2014, auprès d’un fournisseur d’argent mobile). Ensuite, nous posons des questions sur les services et les transactions utilisés par les répondants, en distinguant les transactions en espèces de celles exécutées via un ordinateur, un appareil mobile ou un réseau de paiement par carte sans que les espèces ne changent de mains. Cette vue holistique nous permet de mettre en évidence l’impact relatif des comptes numériques ainsi que des transactionstels que les paiements numériques directs.

Les comptes d’argent mobile jouent un rôle essentiel en Afrique subsaharienne et dans d’autres pays

Dix pour cent des adultes dans le monde possédaient un compte d’argent mobile en 2021, contre 4 % en 2017. Ce chiffre passe à 13 % des adultes si l’on ne considère que la possession d’un compte d’argent mobile dans les économies en développement. Une minorité de ces titulaires de comptes d’argent mobile (environ un sur quatre) seulement avoir un compte mobile money. Les autres ont des comptes à la fois auprès d’un fournisseur d’argent mobile et d’une banque ou d’une institution financière similaire, ce qui suggère que l’impact marginal de l’argent mobile sur l’accès aux services financiers, bien qu’important dans certaines économies, est minime à l’échelle mondiale.

L’argent mobile fournit un service essentiel dans certaines économies. Au niveau régional, l’Afrique subsaharienne est le leader mondial des comptes d’argent mobile, avec 33 % des adultes de la région en ayant un, soit six points de pourcentage de moins que les 39 % d’adultes de la région ayant un compte dans une banque ou une institution financière similaire. . L’adoption de l’argent mobile a augmenté de 13 points de pourcentage depuis 2017, un taux qui reflète les 13 points de pourcentage de croissance de la propriété régionale de tout type de compte financier. Dans certaines économies, comme au Bénin, au Cameroun, au Ghana et au Malawi, les adultes semblent même remplacer leurs comptes auprès d’institutions financières par des comptes d’argent mobile : la part d’adultes ayant des comptes de toute nature a augmenté dans ces économies entre 2017 et 2021 alors que la la part en pourcentage représentée par les comptes traditionnels de brique et de mortier a diminué.

En dehors de l’Afrique subsaharienne, quelques économies en développement détiennent également environ 30 % ou plus de comptes d’argent mobile. Ils comprennent l’Argentine, le Bangladesh, le Brésil, la Malaisie, la Mongolie, le Myanmar, le Paraguay, la Fédération de Russie, la Thaïlande et le Venezuela. Mais en moyenne, moins de 5% des adultes dans ces pays ont un compte mobile money sans avoir également un compte dans une banque ou une institution similaire (les données ne permettent pas de déterminer comment les adultes avec les deux types de comptes les utilisent différemment).

Donc, si l’argent mobile a eu un impact global relativement faible sur l’accès financier dans les économies en développement, où la technologie joue-t-elle un rôle plus important ? Avec paiements.

À l’échelle mondiale, les paiements sont le service financier le plus utilisé

Figure 1 : Adultes utilisant un compte pour des services financiers dans les économies en développement (%), 2021

paiements mondiaux fig

Trente-neuf pour cent des adultes des économies en développement ont ouvert leur premier compte financier dans une banque ou une institution financière similaire (à l’exclusion des comptes d’argent mobile) dans le but exprès de recevoir un paiement direct du gouvernement (tel qu’un salaire, une pension ou des prestations) ou un salaire direct versé par un employeur du secteur privé. Dans les économies très peuplées de Chine et d’Inde, dont les gouvernements ont lancé des programmes entre 2014 et 2017 pour favoriser l’inclusion financière, la part des premières ouvertures de compte pour recevoir un paiement direct est bien supérieure à la moyenne, à 49 % et 54 %, respectivement.

De plus, 36 % des adultes des économies en développement ont reçu au moins un paiement sur leur compte au cours des 12 mois précédant l’enquête Global Findex 2021. Parmi eux, 54 % ont déclaré avoir reçu un paiement de salaire directement sur leur compte, tandis que 36 % ont reçu une pension alimentaire du gouvernement. En outre, 42 % ont reçu un paiement de transfert de fonds national sur leur compte, une meilleure option que les opérateurs de transfert d’espèces et d’argent, car les bénéficiaires peuvent laisser de l’argent sur le compte pour le conserver ou pour l’épargne. Les paiements numériques effectués directement à partir d’un téléphone mobile sont également souvent une option moins chère et plus pratique pour les pauvres des villes pour envoyer de l’argent chez eux dans les zones rurales.

Recevoir un paiement direct n’est qu’une partie de l’histoire. Un autre élément clé consiste à effectuer des paiements numériques directement à partir d’un compte à l’aide d’une carte ou d’un téléphone. Alors que les versions précédentes du Global Findex ont révélé que les destinataires des paiements avaient tendance à simplement retirer leur argent lorsqu’ils voulaient accéder à leur argent, l’enquête de 2021 révèle que 83 % des destinataires des paiements titulaires d’un compte effectuent désormais également des paiements directement. Beaucoup de ces produits de paiement sont proposés par des partenariats banque-fintech.

Ensemble, ces résultats indiquent que la numérisation des paiements dans les économies en développement est un catalyseur technologique majeur de l’accès et de l’utilisation des services financiers. Les avantages vont dans les deux sens : les destinataires bénéficient d’un moyen plus sûr et plus pratique de stocker et enregistrer leur argent, réduire coûts de transactionet constituer un histoire financièreet les payeurs bénéficient d’une piste de paiement numérique de bout en bout qui diminue frais et fuite.

Figure 2 : Dans les économies en développement, les adultes qui reçoivent un paiement sur un compte sont plus susceptibles que la population générale d’effectuer également des paiements numériques et d’épargner, stocker et emprunter de l’argent (%), 2021

paiements numériques fig 2

Les paiements numériques directs, qu’ils soient effectués par une banque traditionnelle ou une fintech, nécessitent une infrastructure de paiement robuste

Un message général des données est que les paiements envoyés directement sur les comptes sont une force motrice pour l’expansion de l’inclusion financière dans les économies en développement.

Mais la numérisation réussie des paiements nécessite une infrastructure financière habilitante qui facilite les dépôts directs et les paiements numériques par tous les fournisseurs financiers. Cette infrastructure comprend des réseaux de paiement interopérables, une infrastructure de télécommunications et la sécurité du réseau. Il comprend également des réglementations sur la confidentialité des données et la protection des consommateurs. Ce sont les principaux catalyseurs dont les banques et les fintechs dépendront pour étendre leur portée afin d’accroître l’accès et l’utilisation des services financiers dans les économies en développement.

Leave a Comment