Professionnel de la santé : la santé mentale de l’Alabama nécessite ces étapes

Mon vœu du Nouvel An pour l’Alabama est un cadeau qui nous profitera tous : une main-d’œuvre en santé mentale pour notre État. Le traitement des troubles psychiatriques fonctionne, mais il n’y a pas de traitement du tout s’il y a trop peu d’agents de santé mentale spécialisés dans le rétablissement.

Malheureusement, en 2022, l’accès aux soins de santé mentale a été limité par la taille du personnel de santé mentale. Malheureusement, pour l’Alabama, notre le classement actuel des soins de santé mentale est 49e.

Notre nation connaît depuis longtemps une crise de santé mentale, mais elle est sur le point d’être bien pire. Depuis le Covid, cette crise a pris de l’ampleur. Les troubles liés à l’utilisation de substances abondent, à tous les âges. Le suicide est devenu la deuxième cause de décès chez les enfants et les adolescents; au plus fort de la pandémie début 2021, les tentatives de suicide ont augmenté de 50,6 % chez les adolescentes par rapport à la même période en 2019. Sur les 48 000 suicides aux États-Unis en 2021, 6 600 étaient des jeunes de moins de 24 ans. Le Surgeon General des États-Unis a déclaré à juste titre l’état d’urgence national dans le domaine de la santé mentale des enfants et des adolescents.

Les traumatismes sont l’une des principales raisons du besoin accru de services de santé mentale. Le Covid a été un traumatisme de masse : 1,1 million d’Américains sont morts du Covid depuis 2020, selon les Centers for Disease Control. Mais un autre traumatisme de masse se produit également : la crise du fentanyl (opioïde). Le fentanyl est le principale cause de décès chez les adultes. En 2021, environ 100 000 Américains sont décédés des suites d’une surdose de drogue (la plupart impliquant du fentanyl) et des chiffres similaires sont attendus pour 2022. Mais seulement 1,4% des Américains âgés de 12 ans et plus souffrant d’un trouble lié à l’utilisation de substances reçoivent un traitement. S’il ne fait aucun doute qu’il existe une épidémie nationale de troubles liés à l’utilisation de substances, il existe également un traitement efficace. Mais l’accès au traitement est bloqué par le manque de personnel de santé mentale. En Alabamaau moins 60 % de ses citoyens vivent dans des zones de pénurie de main-d’œuvre en santé mentale.

L’une des principales raisons de la pénurie de prestataires de soins de santé mentale en Alabama est que les salaires sont trop bas pour attirer et retenir des cliniciens qualifiés et contribue au temps d’attente de 2 à 3 mois pour un rendez-vous en psychiatrie.

Mais si vous traversez les frontières des États vers la Géorgie et la Floride, le remboursement des services psychiatriques est respectivement de 40% et 30% plus élevé dans ces États, par rapport à l’Alabama. Il n’est pas surprenant que de nombreux prestataires formés en Alabama migrent vers des États offrant des salaires plus élevés et des pratiques moins restrictives. Un excellent exemple est le sort des infirmières praticiennes psychiatriques de l’Alabama. Ces prestataires peuvent diagnostiquer et prescrire tout le spectre des maladies psychiatriques, mais leurs pratiques sont limitées par des réglementations étatiques obsolètes. Et ils quittent l’Alabama pour travailler dans des États où il n’y a pas de contraintes et pratiquent au sommet de leur formation, en promouvant la santé mentale de leurs citoyens. Il y a 25 autres États qui ont découvert qu’en levant ces restrictions ils sont en mesure d’attirer et de retenir des infirmières praticiennes en psychiatrie. Cette approche est un moyen gratuit d’augmenter le nombre de prestataires de soins de santé mentale dont on a cruellement besoin et qui peuvent diagnostiquer, prescrire et surveiller le traitement des personnes atteintes de maladie mentale.

Malheureusement, une assurance qui couvre les troubles psychiatriques est une promesse vide s’il n’y a pas assez de prestataires. Cela se traduit par de longues attentes avant d’obtenir un traitement et/ou de consulter un prestataire en dehors du réseau, ce qui entraîne un coût plus élevé et davantage de souffrance. Étonnamment, de nombreux cabinets psychiatriques fonctionnent uniquement en espèces. Le coût d’une évaluation psychiatrique initiale est facilement de 500 $ et plus. Pour une personne en crise de santé mentale aiguë avec peu d’accès à l’argent, le traitement par défaut devient une visite aux urgences, un dernier recours pour se faire soigner pour un trouble psychiatrique.

Il faudra plus que souhaiter pour constituer la main-d’œuvre en santé mentale dont l’Alabama a besoin. Donc, je suggère également les étapes suivantes à mes concitoyens de l’Alabama :

1. Écrivez aux législateurs de votre État et exhortez-les à étendre Medicaid afin que le remboursement des prestataires de l’Alabama devienne proportionnel à celui des autres États de la région.

2. Envoyez un e-mail aux législateurs de votre État et remerciez-les pour les nouveaux centres régionaux de soins de crise en cours de création dans l’Alabama. Grâce au leadership de notre gouverneure actuelle et de sa commissaire à la santé mentale, nous avons six centres de soins de crise en cours !

3. Contactez vos législateurs et demandez-leur de soutenir les bourses et les subventions pour les étudiants entrant dans le domaine de la santé mentale. Tous les professionnels de la santé mentale sont nécessaires, en particulier un personnel de santé mentale en situation de crise capable de gérer les soins aux personnes atteintes de maladies mentales graves afin qu’elles puissent vivre en dehors des institutions telles que les prisons où environ 44 % des personnes incarcérées souffrent de maladies psychiatriques, selon l’Alliance nationale sur la maladie mentale.

4. Envisagez une carrière dans les professions de la santé mentale. Le service au sein de la main-d’œuvre en santé mentale offre la récompense de voir les gens rentrer chez eux où ils peuvent vivre dans la dignité et reprendre leur rôle de parents, d’employés et de citoyens dans nos communautés.

Une vérité essentielle est qu’il n’y a pas de santé sans santé mentale. En 2023, l’Alabama peut faire des progrès significatifs pour améliorer les soins de santé mentale. Rassemblons nos bonnes intentions pour développer la main-d’œuvre en santé mentale de l’Alabama.

Teena Minton McGuinness est professeur émérite de l’École des sciences infirmières de l’UAB et membre de l’Alabama Alliance nationale sur la maladie mentale (NAMI).

Leave a Comment