Après des décès dans la famille, les fans inconditionnels des Pistons se rendent à Paris pour voir jouer Detroit

PARIS — Lorsque l’on a annoncé en mai dernier que le Pistons de Détroit et Chicago Bulls jouerait un NBA match de saison régulière à Paris, Bruce Wolf a immédiatement réfléchi à l’idée d’y aller.

Après tout, l’homme de 56 ans est un fan inconditionnel des Pistons. Il a eu des abonnements pour les 23 dernières saisons, assis juste derrière le banc de Detroit au Palace of Auburn Hills et au Little Caesars Arena. La vie l’a forcé à manquer les voyages de Detroit à Londres en 2012 et à Mexico en 2019. Wolf ne voulait pas manquer une visite à la ville de l’amour.

Cependant, en réfléchissant à la décision, Wolf a dû tenir compte de son fils aîné, Matthew, 22 ans, qui porte également une admiration similaire pour les Pistons mais serait au milieu de sa première année d’école de médecine à Michigan State lorsque le jeu serait joué. C’était improbable. Les exigences de l’école de médecine sont trop élevées. Bruce et Matthew ont laissé passer le temps avant de prendre une décision concrète.

Puis, en juin, Bruce a perdu son père, Bill, d’un cancer du pancréas, un an après avoir perdu sa mère, Georgann, d’une hémorragie cérébrale après être tombée et s’être cogné la tête à 79 ans. Le père de Bruce avait 81 ans. Après sa mort, la décision est devenue dégager.

“Le temps est précieux”, a déclaré Bruce Wolf, doyen adjoint du campus du Macomb University Center du Michigan State’s College of Osteopathic Medicine. L’athlétisme depuis son hôtel parisien mercredi. “Puis j’ai pensé : ‘Combien d’opportunités vais-je avoir pour faire ça ?’ C’est proche de nos deux anniversaires.

Le père et le fils, qui fêtent tous deux leur anniversaire la semaine prochaine, se sont envolés pour Paris samedi et attendent avec impatience le match de jeudi. Ils ont zigzagué dans les ruelles en briques de la ville, arborant l’équipement des Pistons qui est souvent leur tenue de loisir habituelle. Le match Bulls-Pistons fait fureur à Paris. C’est le premier match NBA là-bas en deux ans. Il y a un rappel tous les deux blocs.

“Quand nous avons fait du shopping, il y a des gens qui sont fans de basket, et ils ont beaucoup parlé. C’est vraiment intéressant », a déclaré Matthew Wolf L’athlétisme. « Un gars était génial. Il disait : ‘Jordan est le meilleur, puis Kobe et LeBron. LeBron perd trop !’ ”


Bruce et Matthew Wolf aux côtés de la légende des Pistons Ben Wallace en 2002. (Avec l’aimable autorisation de Bruce Wolf)

Bruce et Matthew, qui vivent dans la banlieue de Detroit, avaient l’habitude d’assister ensemble à tous les matchs à domicile des Pistons avant que Matthew ne parte à l’université. Leur amour commun pour le basket-ball a été l’un des liens les plus forts entre eux. C’est pourquoi ce voyage à Paris, en particulier, était si important. Matthew vit à East Lansing, Michigan, poursuivant son doctorat. Son père est à 80 miles de là, occupé à l’école à sa manière.

Les exigences de la faculté de médecine ont non seulement empêché Matthew d’assister à autant de matchs qu’auparavant, mais elles l’ont empêché de regarder aussi régulièrement qu’il le souhaitait – bien qu’il lise tout et reste aussi investi que possible.

“J’ai appris mes lettres et mes chiffres au Palace avec mon père”, a déclaré Matthew. « Le Palais occupe une place chère dans mon cœur.

« En ce moment, je suis en extension académique. Je ne pensais pas que j’allais avoir l’opportunité de venir ici sur la base d’être à l’école actuellement et ainsi de suite. Prendre du temps en fonction de la façon dont tout s’est passé, juste pour me ressaisir et m’améliorer. Cela m’a offert beaucoup plus d’opportunités simplement de venir ici et d’aller au match avec mon père, d’avoir ce dernier “Hoorah!” ”

Bruce et Matthew ont vécu deux vies très différentes en tant que fans des Pistons. Bruce est assez vieux pour se souvenir des titres apportés à Motor City par les “Bad Boys”. Il avait des abonnements lorsque Detroit dominait la Conférence Est dans les années 2000, remportant un titre en 2004.

Matthew avait 3 ans au moment de ce dernier championnat et a vieilli avec une équipe des Pistons qui n’a pas remporté de match éliminatoire depuis 2008. Il a enduré les pires années de la franchise historique tout en devant toujours entendre des histoires sur le bon vieux temps de Pops. Malgré cela, il porte la même passion que son père pour l’équipe. C’est difficile de ne pas le faire. Il ne sait rien d’autre.

Matthew a grandi aux côtés de Bruce aux jeux Pistons, créant des souvenirs qui dureront pour toujours. Les devoirs de la vie commencent à gêner maintenant que Matthew est plus âgé. Il était important pour eux deux de faire durer ces moments tant qu’ils le pouvaient.

“Nous avons l’opportunité de le faire, alors autant le saisir et faire quelque chose de différent”, a déclaré Bruce.

Le temps est, en effet, précieux.

“Les Pistons ont été quelque chose qui nous relie beaucoup, c’est sûr”, a déclaré Matthew. “Qu’il s’agisse de lui envoyer des choses sur Twitter – il n’est pas beaucoup sur les réseaux sociaux – ou de parler de différentes choses, c’est un voyage vraiment cool pour pouvoir se connecter et voir les différentes choses. Il est venu à Paris juste avant d’être en fac de médecine il y a 30 ans, et c’est la première fois que je viens ici. Le simple fait de pouvoir faire le tour de la ville et de voir différentes choses, c’est un bon moyen pour nous de nous connecter.


aller plus loin

ALLER PLUS LOIN

Troy Weaver des Pistons sur la reconstruction, Killian Hayes et la date limite des échanges NBA

aller plus loin

ALLER PLUS LOIN

Comment le jeu international a fait de Malcolm Hill un joueur de la NBA

aller plus loin

ALLER PLUS LOIN

Cade Cunningham des Pistons sur la chirurgie du tibia: “Je ne le regrette pas du tout”

(Photo du haut avec l’aimable autorisation de Bruce Wolf)

Leave a Comment