même la réforme des eaux pluviales ne suffira pas – nous avons besoin d’une “ville éponge” pour éviter de futures catastrophes

Nous avons construit nos villes pour qu’elles soient vulnérables – et exacerbent – ​​les événements météorologiques majeurs tels que celui que nous avons vu à Auckland vendredi. Bien que presque aucune ville au monde ne puisse échapper complètement aux effets de quatre mois de pluie en 24 heures, de nombreuses mesures auraient pu être prises pour éviter certains des pires impacts.

Les bâtiments, les rues et les parkings sont tous des surfaces imperméables. Lorsqu’il pleut, l’eau se précipite sur ces surfaces et dans les gouttières. Depuis les gouttières, l’eau s’écoule dans un bassin de récupération des eaux pluviales, à travers le réseau d’eaux pluviales, et dans les ruisseaux et la mer.

C’est ici que se trouve le problème. Plus nous construisons, plus nous devons évacuer les eaux pluviales. Chaque nouveau bâtiment ou route remplace le système naturel des eaux pluviales de la planète : les plantes et le sol, et les canaux de ruissellement.

Le réseau de canalisations ne peut contenir qu’une certaine quantité d’eau avant d’être complètement inondé et de commencer à inonder. Bien que chaque bloc ait généralement un ou deux bassins de récupération, ils peuvent facilement se boucher avec des feuilles et d’autres débris avant même qu’une tempête ne frappe. Ajoutez une quantité anormale de précipitations et l’inondation du quartier est presque garantie.

Inondations et contamination

Même si la façon dont nous avons construit nos villes et le système d’évacuation des eaux pluviales pourraient faire face aux grandes tempêtes – pour être clair, ils ne le peuvent pas – le réseau de bassins et de canalisations vieillit. Avec l’âge, la capacité du système à capter les eaux pluviales diminue considérablement.

La modernisation de toute l’infrastructure des eaux pluviales prendra des décennies et des milliards de dollars. C’est ce que conteste Trois Eaux projet est vraiment tout au sujet, et nous devons rapidement dépasser le spectacles politiques il a inspiré.



Lire la suite:
Les inondations d’Auckland sont un signe des choses à venir – la ville a besoin de systèmes d’eaux pluviales adaptés au changement climatique


Bien que le système vieillisse et souffre d’une capacité réduite, il est également plus susceptible de tomber en panne. Il n’est pas rare de voir des nouvelles que les eaux pluviales ont mélangé avec des eaux usées brutes. C’est dégoûtant rien qu’à y penser, mais ça empire.

Parce que les eaux pluviales ne sont pas traitées, lorsqu’elles sont contaminées, ce mélange sale s’écoule dans l’eau autour de nos plages. C’est pourquoi, après une tempête, le Carte SafeSwim est couvert de marqueurs rouges « à haut risque ».

Conduite dangereuse : voitures abandonnées et flottantes après le déluge du 27 janvier.
Shutterstock

Les routes deviennent des rivières

Depuis la pluie de vendredi, certaines des images les plus choquantes étaient celles de voitures et d’autobus essayant de patauger dans les routes et voies de bus inondées. L’ironie est que les routes elles-mêmes contribuent de manière significative aux inondations.

Avec des milliers de kilomètres de routes goudronnées autour d’Auckland, il n’y avait tout simplement nulle part où aller pour l’eau. Les routes agissent comme des canaux, canalisant les eaux pluviales. Avec un énorme événement de pluie, les rues se transforment rapidement en rivières.



Lire la suite:
Les inondations sont naturelles, mais les décisions humaines font des catastrophes. Nous devons réfléchir aux cycles sans fin de blâme


Mis à part le mélange d’eaux pluviales et d’eaux usées brutes qui s’écoulent dans les rues (que nous appelons plus poliment un «débordement d’égout unitaire») et l’impact sur les maisons, les entreprises et les plages, les eaux de crue présentent également un risque énorme pour les personnes en voiture.

Il est presque impossible de dire à quel point les inondations de surface sont profondes ou rapides, ce qui met les gens en danger.

Villes éponges : à Qian’an dans la province chinoise du Hebei, un réservoir naturel d’eau de pluie est préservé au milieu du développement.
Getty Images

La “ville éponge”

Il existe une meilleure façon de concevoir notre environnement bâti. Au début des années 2000, l’architecte chinois Kongjian Yu crée le concept du «ville éponge”. C’est une idée relativement simple, mais très différente de la façon dont nous construisons habituellement les infrastructures.

Le concept intègre des toits verts, des jardins pluviaux et des trottoirs perméables pour absorber et filtrer l’eau. De meilleurs systèmes de récupération retiennent l’eau de pluie dans la mesure du possible et la réutilisent. Davantage d’espaces verts et d’arbres sont également intégrés dans la conception des rues et des quartiers.



Lire la suite:
Les «villes éponges» chinoises visent à réutiliser 70% de l’eau de pluie – voici comment


Dans le cadre du concept de ville éponge, il existe un moyen d’atténuer les inondations en utilisant une « conception urbaine sensible à l’eau ». Avec cette approche, nous créons des espaces qui gèrent mieux les inondations grâce à des systèmes qui imitent le cycle naturel de l’eau.

Cela peut également inclure des infrastructures inondables et des parcs pour soulager la pression sur les parties les plus vulnérables de la ville. Il y a déjà exemples de ces principes de conception à Auckland, mais ils sont beaucoup trop limités pour éliminer l’impact des tempêtes majeures.



Lire la suite:
Au-delà d’un état de sacs de sable : que pouvons-nous apprendre de toutes les inondations, ici et outre-mer ?


Construire plus intelligemment

Le concept de la ville éponge et les idées pour laisser la nature gérer les eaux pluviales n’ont pas besoin d’être extravagants ou coûteux. Ils peuvent être aussi simples que planter plus d’arbres et de verdure, utiliser moins de chaussée pour les allées ou plus de ciment poreux pour les parkings.

D’une certaine manière, nous devrions construire moins et laisser la nature faire ce qu’elle est censée faire.

La dure réalité est que les inondations que nous avons connues cette semaine, et sans doute la tempête elle-même, sont de notre propre fait. Nous avons construit une superville recouverte de surfaces imperméables, étendu l’environnement bâti dans des zones sensibles (et sujettes aux inondations) et créé des émissions massives de gaz à effet de serre qui déstabilisent le climat.

Le changement climatique créera de futures tempêtes plus intense et plus fréquent. Croisons-nous les doigts et espérons que la pluie s’en ira ? Investissons-nous des milliards dans des conduites plus grosses qui échoueront inévitablement à contrôler les inondations et continueront à polluer les eaux sensibles ? Ou devenons-nous plus intelligents et plus proactifs dans la conception de nos villes ?

Si nous ne voulons pas répéter les événements de la semaine, il n’y a qu’une seule vraie option.

Leave a Comment